Diplômée en 2005 de l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg, Marie Szersnovicz est scénographe et costumière. Elle vit et travaille à Bruxelles.

Au théâtre, elle collabore avec les metteurs en scènes Noémie Carcaud (Au plus près, Take Care), Anne-Cecile Vandalem (Habit(u)ation), Stéphane Arcas (L'argent, Bleu Bleu), Sabine Durand (Le Banquet dans les bois), Philppe Blasband (Le tramway des enfants (avec Pierre Sartenaer)), Catherine Graindorge (Avant la fin), David Strosberg (Et avec sa queue il frappe, Petites histoires de la folie ordinaire, Encore une histoire d'amour), Eric Devanthery (L’inattendu, Discopigs), Nalini Menamkat (1913), Virginie Thirion (Une veillée), Selma Alaoui (Apocalypse Bébé) et Michael De Cock (Odysseus)..
Depuis 2008, elle a développé une complicité particulière avec Transquinquennal (Blind Date 3, Coalition (avec Tristero) Capital Confiance (avec le groupe Toc), La Estupidez, Quarante et un; Moby Dick en répétition, Philip Seymour Hoffman), mais également avec Tristero (Reset, Toestand, A map of the world (avec KVS), We Want More (avec Transquinquennal), La Estupidez, Niks), et Guy Dermul (Barakstad, It's my life and I do what I want (avec Pierre Sartenaer), Skieven, Mest).

Ses rencontres avec d'importants chorégraphes ont également forgé son goût pour la danse contemporaine. Son parcours croise la trajectoire de Jan Fabre (L’Histoire des larmes, Je suis sang, Le Roi du plagiat, In lacrimum), Angelin Preljocaj (Near Life Experience).
Son goût pour cet art s'affirme lors de ses collaborations avec Faustin Linyekula(Traces), Cindy van Acker (Kernel), Coraline Lamaison (Rugby, Narcisses-0), Perrine Valli (Je pense comme une fille enlève sa robe et Je ne vois pas la femme cachée dans la forêt), Ula Sickle (Extreme Tension), Serge Aimé Coulibaly (Nuit Blanche à Ouagadougou), ou Erika Zuenelli (Allein !).
Depuis quelques années, elle tisse un lien privilégié avec Voetvolk Lisbeth Gruwez (Forever Overhead, Lisbeth Gruwez dances Bob Dylan, We're pretty fuckin' far from okay, The sea within)

Fidèle au Festival International d’Art Lyrique d’Aix-en-Provence depuis 2005, elle y exerce les postes d'assistante scénographe, accessoiriste ou assistante à la conception des costumes. Dans ce cadre elle rencontre et collabore avec Julie Brochen (L'Histoire vraie de la Périchole), Vincent Boussard (Les Noces de Figaro), Stéphane Braunschweig (Rheingold), Kristian Lupa (Die Zauberflöte), William Kentridge (Die Zauberflöte, Le Nez ), Robert Lepage ( Le Rossignol et autres fables), Patrice Chéreau (Elektra), Simon Mc Burney (Die Zauberflöte), Katie Mitchell (Alcina, Pelléas et Mélisande), Joël Pommerat (Pinocchio).

Egalement intéressée par l'architecture et la muséographie, elle est liée à L’ESCAUT, bureau d’architecture et de scénographie avec lequel elle a assuré la conception et le suivi de chantier du pavillon Belge à l’occasion de l’Exposition Universelle 2008 à Saragosse en Espagne.

Au cinéma, c'est à Bombay qu'elle fait ses armes avec Nitin Desai, fameux décorateur de cinéma de Bollywood, puis comme chef décoratrice sur le court métrage de Roland Edzard (Ombre).

Active dans OKUP depuis 2002, organisant initialement des rassemblements artistiques pluridisciplinaires entre les Balkans et la France, elle fait partie du collectif d'artistes du même nom, avec lequel elle intervient comme scénographe et plasticienne dans des installations in situ.

En 2015 elle a reçu une carte blanche de la Maison du spectacle La Bellone pour laquelle elle a conçu l'installation Les Plaisirs provisoires.

Marie Szersnovicz a été plusieurs fois nominée aux prix de la Critique du Théâtre en Belgique.
Elle a reçu en 2011 "le prix de la meilleure création artistique et technique" pour Habit(u)ation d'Anne-Cécile Vandalem.
Elle reçoit ce même prix en 2012 pour la scénographie et les costumes de "La Estupidez" de Rafael Spregelburd, mis en scène par Transquinquennal. Pièce choisie également pour représenter la Belgique à la Quadriennale de scénographie de Prague 2015.

Contact :
marieszersnovicz@hotmail.com